Bébé et le lait : maternel, infantile, animal… Que choisir pour quels apports ?

Quelques chiffres pour débuter : 

Le lait maternel et/ou infantile, il fournit quoi ?

  • Il fournit l’intégralité des besoins de bébé jusqu’à 6 mois. 
  • Au moins la moitié de ses besoins de 6 à 12 mois
  • Un tiers de ses besoins de 12 à 24 mois

Ces laits sont totalement adaptés aux besoins du bébé contrairement au lait animal et aux boissons végétales.  

Parlons de l’allaitement maternel : 

On ne le répètera jamais assez, l’allaitement est bénéfique pour bébé, et pour maman !

C’est l’idéal d’un point de vue nutritionnel, car il est adapté et il évolue selon ses besoins au cours du temps :

  • Il développe le système immunitaire : réduit les risques d’infection et protège contre de nombreuses maladies infantiles
  • Il réduit le risque de maladie métabolique à l’âge adulte : obésité, diabète.. 
  • C’est une source importante d’énergie et de nutriments
  • Il permet une meilleure acceptation de nouveaux aliments en début de diversification alimentaire.

Et pour maman ?

Allaiter permet une meilleure récupération après la grossesse et il diminue le risque de cancer du sein et des ovaires*. En plus on crée du lien avec bébé !

*Source : OMS et ANSES

Pour le rythme, faut voir avec bébé ! 

Les nourrissons doivent être allaités à la demande, c’est-à-dire aussi souvent qu’ils le souhaitent, de jour comme de nuit. Il faut effectivement être attentif !

L’allaitement à la demande permet à bébé de réguler ses besoins et favorise une bonne prise de poids. 

Zoom sur les laits infantiles

Petite liste des différents lait infantiles en fonction des besoins : 

  • Lait 1er âge : Dès la naissance jusqu’à 6 mois
  • Lait 2eme âge (lait de suite) : Vers 6 mois, lorsque la diversification alimentaire est bien établie. 
  • De 1 à 3 ans : préférence lait de croissance. 

Il est possible d’alterner le lait de croissance et le lait de vache entier.

Le lait de vache contient beaucoup moins de fer que le lait de croissance, d’où l’importance de proposer des aliments riches en fer (poisson, oeuf, viande, légumes secs) en respectant les quantités de protéines. On peut accompagner d’aliment riche en vitamines C pour améliorer l’absorption du fer. 

On se pose souvent la question sur les quantités de lait : 

  • Pendant les 3 premiers mois :  Bébé progressivement augmente son apport lacté => jusqu’à atteindre environ 600 à 900 ml / 24h
  • Entre 3 à 6 mois : consommation environ 700 à 800 ml de lait / 24h 

Jusqu’à 6 mois, le lait maternel / infantile apporte toute l’énergie et les nutriments dont bébé a besoin.

  • A partir de 6 mois , lorsque bébé commence à manger de tout : 500 à 800 ml / 24h
  • Entre 1 à 2 ans : Entre 1 à 2 ans, le lait couvre jusqu’à un tiers des besoins. Il est conseillé d’au moins maintenir l’apport lacté à 330ml / jour et compléter par une autre source de calcium tel que les laitages. 
  • Après 2 ans : il est possible de remplacer le lait maternel ou infantile par des laitages sources de calcium de bonne qualité si la croissance est bonne. 

Equivalence calcique d’un(e) tété/biberon: 15g de fromage à pate dûre, ou 20g de fromage à pâte molle, ou 100g de fromage blanc, ou 125g de yaourt. 

Jusqu’à l’âge de 6 mois, le lait maternel ou infantile est suffisant pour couvrir les besoins de bébé ; excepté ceux en vitamine K et en vitamine D supplémentés dès la naissance. 

Pour les mamans suivant un régime végétalien pendant la grossesse et/ou allaitement, ne pas hésiter à consulter un professionnel de santé pour la supplémentation de certaines vitamines et minéraux. 

Pourquoi le lait animal et les laitages ne sont pas adaptés chez l’enfant de moins de 1 an ? 

On a beaucoup d’arguments et Rita adore les bullet point, alors on vous a listé les motifs les plus importants : 

  • Ils sont 3 fois plus riche en protéine
  • Ils sont 4 fois trop riche en minéraux
  • Ils sont pauvres en acide gras essentiels
  • Ils sont pauvres en fer 
  • Ils sont pauvres en vitamine D

Un dernier pour la fin : les faux laits ou “Jus végétaux “

Appelés également “laits“ d’amandes, de noisettes, de riz, d’avoine, de coco, etc.

De manière légale, ce ne sont pas des laits, mais bien des jus végétaux !  

Leur composition nutritionnelle est très éloignée du lait. Ils ne sont pas du tout adaptés aux besoins nutritionnels du bébé et peuvent entraîner de (graves) problèmes de dénutrition, de carences ou même d’anémie. 

Grossomodo, ils ne peuvent absolument pas remplacer le lait.

Pour conclure :

Le meilleur lait pour bébé est le lait maternel, qui s’adapte à ses besoins au cours du temps, de la journée et au cours de la tétée. 

En absence d’allaitement ou en compléments, les préparations pour nourrisson (laits infantiles) commercialisés dans les pays de l’Union Européenne assurent une couverture adéquate des besoins nutritionnels du nourrisson. 

Chez le nourrisson, l’insuffisance d’apport nutritionnel peut avoir des conséquences sur la croissance en poids, taille et sur le développement cérébral et global. 

Il est donc important de bien informer les parents sur la couverture des besoins nutritionnels des nourrissons âgés de moins d’un an et sur les boissons courantes d’origine végétale ou animale qui sont inadaptées. Elles ne peuvent en aucun cas remplacer le lait maternel et/ou laits infantiles 1er et 2ème âge !

On vous laisse sur les recommandations de l’OMS !

  • Dans l’idéal, bébé est allaité dans l’heure qui suit sa naissance et nourri exclusivement au sein pendant les 6 premiers mois de vie. 
  • L’allaitement est encouragé jusqu’à au moins 2 ans. 
  • Les préparations pour nourrissons (lait infantile) sont une alternative au lait maternel, si l’allaitement n’est pas possible.
  • Il est tout à fait possible d’envisager un allaitement mixte qui associe lait maternel et lait infantile !

Rédigé par notre partenaire repas DUMIAM.